Diaphragme, respiration et mobilité du dos


Le diaphragme est le muscle de la respiration (mais pas que!)

Le diaphragme est un ensemble de fibres de tissu conjonctif et musculaire. Il a une forme de parachute. Il sépare le thorax de l’abdomen et est le principal muscle de l’inspiration.
Il s’insère sur les dernières cotes et le sternum ainsi que sur les vertèbres lombaires. Par sa fonction de muscle de la respiration, il travaille avec les muscles intercostaux.

On le devine en rouge sur l’animation.

On le voit bien se déformer sur les mouvements de la respiration. Il descend lors de l’inspiration, il amène la cage thoracique à s’écarter en bas. Et il remonte lors de l’expiration, rapprochant ainsi les côtes flottantes.

C’est lui qui provoque le hoquet. Le hoquet n’est que le spasme (contraction incontrôlée) du diaphragme. C’est pour cela qu’on peut vous conseiller deux stratégies pour faire passer le hoquet: boire un grand verre d’eau ou retenir sa respiration.

Boire un grand verre d’eau va créer une action mécanique au niveau du foramen de l’oesophage (c’est le trou qui permet à l’oesophage de passer à travers le diaphragme et d’aller jusqu’à l’estomac). Ainsi, on exerce comme une sorte de massage de l’intérieur.

L’autre stratégie est de retenir sa respiration. Ainsi, on immobilise le diaphragme en espérant que les spasmes vont cesser.

 

Diaphragme et blocage du dos

Parfois, on se bloque le dos (milieu ou bas).
Comme on le voit sur le schéma central de la 1ère image, le diaphragme s’attache aussi dans le dos sur les premières vertèbres lombaires. Lors d’un blocage, style “tour de reins” ou “lumbago”, les muscles du dos sont à travailler pour apaiser le symptôme du blocage bien évidemment. Mais en premier lieu, on ira travailler sur le diaphragme par la face antérieure, allongé sur le dos.

Vous comprenez maintenant pourquoi vous pouvez avoir la sensation d’avoir le souffle coupé lorsque vous vous coincez le dos?

 

Pour les blocages du bas du dos, consultez aussi l’article “Lombaires – carré des lombes”.

 

Mobilisation

Afin de mobiliser le diaphragme en douceurs, le plus simple est de faire des respirations profondes en vague.

Tout d’abord, prenez une grande inspiration: on gonfle d’abord le ventre, puis la cage thoracique et enfin on remonte les clavicules. On maintient l’air 3 à 6 secondes. Puis on laisse sortir l’air sur une longue expiration: on descend d’abord les clavicules, dégonfle la cage thoracique puis on rentre le ventre.

A répéter au moins 10 fois.

 

Etirement

On saisit ses cotes flottantes avec tous ses doigts. On inspire profondément. On sent alors la cage thoracique s’élever. Lors de l’expiration, on maintient la position écartée des cotes flottantes. Aïe, que c’est désagréable ! On peut même ressentir le grand dorsal et le carré des lombes tirer sur cette expiration. A répéter 10 fois. Allez-y doucement, ne vous bloquez pas le dos pour autant. Si vous sentez que ça tire un peu trop derrière, vous êtes arrivés à la limite, relâchez!

Mais quelle amplitude respiratoire et quelle sensation de légèreté après la répétition et la réussite de cet exercice !

 

 

Vous avez désormais des clés pour chouchouter votre diaphragme!

Prenez soin de vous!

Crédits medias: “massothérapie clinique” Edition Maloine, media.giphy.com, drlumbago.com, apprendrelaflute.com

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *