le système endocrinien


Le fonctionnement de l’organisme est sous le contrôle des hormones. Les hormones sont des molécules sécrétées par des glandes dites endocrines. Ces glandes déversent les hormones dans le sang pour les transporter jusqu’aux cellules cibles où elles agissent.

Le système endocrinien est composé de neuf glandes: l’épiphyse, l’hypothalamus, l’hypophyse, la thyroïde, les glandes parathyroïdes, le thymus, le pancréas, les surrénales et les gonades (appareil reproducteur).

Les hormones

Le nom hormone vient d’un mot grec signifiant “exciter” ou “stimuler”. Une fluctuation des quantités d’hormones produit un ralentissement ou une stimulation du fonctionnement des organes internes.

Les hormones, bien qu’elles circulent dans le sang, ne seront captées que par leurs cellules cibles. La cellule cible a des récepteurs spécifiques sur sa membrane qui va autoriser (ou pas) l’hormone à provoquer des réactions chimiques en chaîne. De ces actions chimiques résultent une réponse organique.

Il y a deux types d’hormones:

  • les peptidiques. Elles se fixent sur la membrane de la cellule cible et engendrent une cascade de réactions cellulaires.
  • les stéroïdes. Elles franchissent la membrane cellulaire et vont s’associer à l’ADN pour la fabrication de protéines impliquées dans la réponse cellulaire.

Fonctionnement des hormones stéroïdes: on ouvre la serrure avec une clé et on rentre.

Les hormones stéroïdes franchissent la membrane de la cellule via les récepteurs membranaires. Ces derniers vont fonctionner comme une serrure qui a besoin de la bonne clé pour laisser la porte s’ouvrir. L’hormone stéroïde ne va se contenter de se fixer sur la membrane de la cellule pour déclencher une chaîne de réactions chimiques intracellulaire comme l’hormone peptidique (cf paragraphe suivant). Elle va ouvrir la porte de la membrane de la cellule et y pénétrer. Elle ira dans le noyau de la cellule, via une protéine de transport, pour interagir directement avec l’ADN et initier ainsi la réponse de la cellule cible.

Fonctionnement d’une hormone peptidique: on glisse un message sous la bonne porte et le message fait son propre chemin (exemple de la TSH)

L’hypophyse déverse de la TSH dans le sang. Le foie, les reins, les poumons ne vont pas réagir à cette molécule circulante; ces organes n’ont pas les cellules cibles de la TSH. C’est seulement la thyroïde qui va être sensible à cette hormone. En effet, les cellules thyroïdiennes sont les cellules cibles de la TSH (Thyroïd Stimulation Hormone). Elles ont des récepteurs propres à la TSH. La fixation de l’hormone TSH sur les récepteurs membranaires de la thyroïde va déclencher une chaîne de réactions chimiques à l’intérieur des cellules thyroïdiennes. Ainsi, la TSH va ordonner à la thyroïde de sécréter ses propres hormones à destination des différents organes du corps.

Ici donc, l’hormone ne pénètre pas dans la cellule mais fait réagir la cellule en lui laissant un message. Un peu comme si on glissait une lettre sous une porte.

 

Les effets régulateurs des hormones

Le système endocrinien contrôle essentiellement des activités plus durables que brèves:

  • métabolisme énergétique et équilibre de l’eau et des électrolytes;
  • adaptations de l’organisme en vue de la réponse à des situations stressantes;
  • croissance et développement harmonieux
  • reproduction
  • production de globules rouges
  • contrôle de la circulation, de la digestion et de l’absorption des aliments (coopération avec le système nerveux autonome)

 

Les deux grands chefs: l’hypothalamus et l’hypophyse

L’hypothalamus

L’hypothalamus est une structure nerveuse, une zone au centre du cerveau, qui contrôle la vie végétative. C’est-à-dire qu’il contrôle tout ce que nous ne contrôlons pas consciemment (la digestion, la respiration, le maintient de la température du corps, etc.). Les neurohormones qu’il sécrète sont libérés au niveau de l’hypophyse via la tige pituitaire. Soit ces neurohormones agissent sur l’hypophyse, soit ils vont se rendre chez leur cellules cibles en passant par l’hypophyse qui les déversera dans la circulation sanguine.

L’hypophyse

L’hypophyse est la principale glande endocrine de l’organisme. Elle est reliée à l’hypothalamus par la tige pituitaire.

Elle est divisée en deux parties:

  • l’antéhypophyse: elle sécrète les hormones destinées à l’activité d’autres glandes endocriniennes
    • la TSH qui agit sur la thyroïde
    • l’ACTH qui agit sur les surrénales
    • la FSH, la LH et la prolactine qui agissent sur les glandes sexuelles
    • la STH qui stimule la croissance
  • la posthypophyse (ou neurohypophyse): elle est reliée par des fibres nerveuses à l’hypothalamus. Elle libère l’ADH (hormone anti-diurétique provoquant une réabsorption de l’eau au niveau dans les reins) et l’ocytocine (hormone du plaisir).

Les fonctions de l’organisme sont coordonnées par le système nerveux (action rapide mais brève) et par le système endocrinien (action lente et durable). Dans le cerveau, l’hypothalamus coordonne à la fois les fonctions végétatives et les fonctions endocriniennes car il agit directement sur l’hypophyse.

Le complexe hypothalamo-hypophysaire est la tour de contrôle des autres glandes endocrines.

Les pressions shiatsu pour l’hypothalamus et l’hypophyse

Toru Namikoshi nous enseigne que les pressions effectuées sur et autour des bulbes rachidiens ont une influence sur ses deux zones du cerveau. Les pressions doivent être profondes et maintenues pour obtenir un effet profitable.

Les glandes endocrines

L’épiphyse (ou glande pinéale)

L’hormone sécrétée par l’épiphyse est la mélatonine.

Les cellules cibles de la mélatonine sont situées dans le cerveau, et les organes reproducteurs et le système immunitaire.

La mélatonine a comme effet l’entraînement des rythmes biologiques par stimuli extérieurs; c’est-à-dire qu’elle sera sécrétée quand la lumière du jour baissera pour amener le corps à l’endormissement. Elle a un effet anti-oxydant et renforce l’immunité.

On se demande encore aujourd’hui si elle n’a pas d’autres cellules cibles et si elle ne jouerait pas un rôle dans le déclenchement de la puberté.

Fluor et épiphyse?

La scientifique Jennifer Luke de l’Université de Surrey au Royaume-Uni a prouvé que la glande pinéale n’était pas aussi bien protégée que le reste du cerveau. Ainsi, elle attire le fluor (plus particulièrement le fluorure de sodium) qui peu à peu la calcifie. On raconte que les russes et les nazis ajoutaient du fluor dans l’eau potable pour limiter l’activité de la glande pinéale. L’ésotérisme associe la glande pinéale au troisième oeil. Nous savons qu’Hitler était friand d’ésotérisme. Ainsi, les gens auraient été plus facilement endoctrinables, c’est-à-dire plus enclin à croire ce qui leur étaient dit en inhibant leur faculté de réflexion et leur libre arbitre. C’est Charles Eliot Perkins, chimiste américain, qui a écrit une lettre à la Fondation pour la recherche nutritionnelle Lee dans le Wisconsin qui a mis en garde sur l’utilisation du fluorure de sodium dans l’eau potable et évoqué la pratique des russes et des nazis.

La Thyroïde

La thyroïde sécrète principalement trois hormones: la calcitonine, la Tétraiodothyronine (ou Thyroxine ou T4) et la Triiodothyronine (T3).

La calcitonine

Cette hormone a pour cellules cibles les os. Elle diminue la quantité de calcium plasmatique.

La T3 et la T4

Ces deux hormones sont sécrétées par la thyroïde.

Leurs cellules cibles sont la plupart des cellules du corps humain. Elles augmentent le métabolisme et sont indispensables au développement du système nerveux et à la croissance.

Plus d’infos sur le fonctionnement de la thyroïde et des principales pathologies, ce sera bientôt ici.

Les pressions shiatsu de la thyroïde

Pour influencer de manière positive le fonctionnement de la thyroïde, on se concentre sur des pressions au niveau du bulbe rachidien et de la région cervicale antérieure.

Les glandes parathyroïdes

Les parathyroïdes sécrètent la PTH (ParaThyroïd Hormon).

Ses cellules cibles sont les os, les reins et les  intestins.

La PTH augmente la concentration de calcium dans le plasma du sang. Elle diminue aussi la concentration du phosphate plasmatique. D’autre part, elle stimule l’activation de la vitamine D.

NB: on remarque que la thyroïde sécrète la calcitonine qui, elle, diminue la concentration de calcium dans le plasma. Tout est une question de régulation et d’équilibre…

Les pressions shiatsu des parathyroïdes

Comme pour la thyroïde, pour les glandes parathyroïdes, on se concentre sur des pressions au niveau du bulbe rachidien et de la région cervicale antérieure.

Le pancréas

Le pancréas est mixte.

Il a une fonction exocrine. Il sécrète des sucs riches en enzymes digestives qu’il envoie dans le duodénum.

Il a aussi une fonction endocrine. Les deux hormones principales qu’il sécrète sont l’insuline et le glucagon. Ces deux hormones régulent la glycémie (taux de sucre dans le sang). Elles ont comme cellules cibles la plupart des cellules du corps humain.

L’insuline stimule la capture, l’utilisation et le stockage des nutriments absorbés. Elle permet aux cellules d’absorber le glucose.

Le glucagon maintient la concentration des nutriments dans le sang entre les périodes digestives.

Le diabète

Un problème de régulation de la glycémie? C’est peut-être un diabète.

Le diabète est une hyperglycémie (trop de sucre dans le sang) due à l’incapacité des cellules du corps à utiliser le glucose sanguin.

Il est dit de type I, ou insulino-dépendant, quand c’est une maladie auto-immune d’origine génétique. Votre système immunitaire attaque les cellules sécrétrices d’insuline (cellules bêta des îlots de Langherans). Il y a un manque d’insuline. Ce type de diabète représente 10% des malades.

Dans le diabète de type II, il y a bien sécrétion d’insuline. Mais il y a une résistance à l’insuline. La sensibilité des cellules cibles est réduite. Le manque de sensibilité à l’insuline est compensée par une augmentation de sa sécrétion. Mais les cellules bêta s’épuiseront au fur et à mesure. Ce type de diabète représente 90% des malades.

En France, le diabète concerne plus de 2 millions de personnes. Il paraît qu’1 diabétique sur 3 ignore sa maladie.

Le diabète est une maladie dont on ne guérit pas (sauf le diabète transitoire lors d’une grossesse). Il nécessite un suivi médical sérieux.

Les pressions shiatsu du pancréas

Pour travailler sur le pancréas, on se concentrera particulièrement sur le diaphragme ainsi que la région sub-scapulaire.

Les glandes surrénales

Les glandes surrénales sont composées de deux parties: au centre la médullosurrénale et autour la corticosurrénale.

La médullosurrénale

Elle va sécréter les cathécholamines qui sont l’adrénaline et la noradrénaline.

Elles ont comme cellules cibles les cellules porteuses de leur récepteur répandues dans tout l’organisme. Elle renforcent l’action du système nerveux sympathique (stimulation du coeur, dilatation des muscles et des bronches, stimulation de la contraction des vaisseaux sanguins), contribuent à l’adaptation aux situations stressantes et régulent la pression artérielle.

La corticosurrénale

Elle sécrète différentes hormones stéroïdes qui ont pour précurseur le cholestérol. Elles sont de trois types:

  • les minéralocorticoïdes (aldostérone): elles interviennent dans l’équilibre des électrolytes (ions sodium et potassium) au niveau des reins.
  • les glucocorticoïdes: le principal est le cortisol. Il agit sur la régulation des nutriments essentiels mais aussi protège notre organisme contre l’effet délétère du stress. Mais gare! Ses effets anti-inflammatoires et immunosuppresseurs peuvent avoir des conséquences délétères à long terme (voir prochainement l’article sur le stress).
  • des hormones sexuelles, ou androgènes. Elles ont comme cellules cibles les os et le système nerveux central chez la femme. Elles contribuent à la poussée pubertaire et à la libido féminine.

Les pressions shiatsu des surrénales

Pour les surrénales, une attention particulière sera donnée à certains points de la zone sous-scapulaire. On utilisera, en plus des pressions classiques, des pressions palmaires maintenues et des vibrations.

Les gonades

Les gonades sécrètent les hormones dites sexuelles.

Chez la femme:

Ce sont les ovaires. Elles sécrètent des oestrogènes. Leurs cellules cibles sont les organes sexuels féminins mais aussi l’ensemble de l’organisme et plus particulièrement les os. Les oestrogènes développent le follicule qui deviendra ovule, gamète prêt à être fécondé. Ils développent aussi les caractères sexuels secondaires féminins (poitrine, appareil génital). Les oestrogènes sont impliqués également dans la soudure des épiphyses des os (un os en croissance n’a pas ses extrémités – épiphyses osseuses – soudés au corps de l’os; c’est ce qui permet la croissance de l’os. C’est pourquoi, la croissance est nettement ralentie lorsque la puberté se déclenche. L’élévation de la sécrétion d’oestrogènes soude l’épiphyse osseuse).

Chez l’homme:

L’hormone sexuelle de l’homme est la testostérone. Ses cellules cibles sont l’ensemble de l’organisme ainsi que les organes sexuels masculins. Elle stimule la production de spermatozoïdes ainsi que le développement des caractères sexuels masculins. Elle stimule la libido masculine.

Les pressions shiatsu des gonades

On couvrira toute la zone innervant les organes sexuels, à savoir le sacrum, le bas du ventre, la zone inguinale ainsi que les bulbes rachidiens.

Le thymus

Le thymus est situé au-dessus du coeur. Il régresse à partir de la puberté. Il sécrète deux hormones dont la principale est la thymosine. Cette hormone stimule la prolifération, la maturation et l’activité des lymphocytes T.

Les pressions shiatsu du thymus

Le travail de mobilisation du sternum et des vertèbres thoraciques est intéressant pour le thymus.

Ces organes qui on aussi des fonctions hormonales

Les organes n’ont bien évidemment pas qu’un seul rôle. Ce serait trop simple (et ennuyeux!). Certains ont plusieurs cordes à leur arc.

le foie

Le foie sécrète deux hormones:

  • les somatomédines (IGF): leurs cellules cibles sont les os et les tissus mous. Elles stimulent la croissance.
  • la thrombopoïétine: la zone cible est la moelle osseuse. Elle stimule la production de plaquettes sanguines.

l’estomac

L’estomac sécrète la gastrine qui a pour cellules cibles les glandes exocrines (ce sont les glandes qui sécrètent des substances non pas dans la circulation sanguine mais directement dans d’autres organes) et les muscles lisses du tube digestif. La gastrine contrôle la motricité et les sécrétions digestives. Elle facilite la digestion et l’absorption des nutriments.

le duodénum

Le duodénum travaille de consort avec la fonction endocrine du pancréas. Il sécrète une hormone peptidique insulinotrope dépendant du glucose qui stimule la sécrétion d’insuline.

le rein

Il sécrète de la rénine qui sera captée par la corticosurrénale et aura un effet stimulant sur la sécrétion d’aldostérone.

la peau

La vitamine D, ou plus exactement la vitamine D3 ou cholécalciférol, est considérée comme une hormone car elle se comporte comme telle. Ses cellules cibles sont dans les intestins. Elle augmente l’absorption du calcium et du phosphate.

le coeur

Même le coeur sécrète une hormone! Incroyable, non? C’est une hormone peptique dite natriurétique auriculaire. Elle agit sur le tube rénal et freine la réabsorption de sodium.

Conclusion

Le système endocrinien, dont je ne vous ai retranscrit ici que les principes généraux, est un système d’une complexité énorme. On comprend bien que l’organisme utilise les hormones pour que les parties communiquent entre elles afin d’assurer le meilleur fonctionnement possible. Ce système est en recherche permanente de juste dosage, d’équilibre. Il est donc sensible à l’environnement extérieur au corps (pollution, rythmes de vie) et intérieur à l’esprit (émotions, alimentation).

Le shiatsu agit sur ce système par la stimulation des nerfs qui innervent ses glandes (physiologie pure). La dimension de bien-être ressenti lors d’une séance va aussi contribuer à un apaisement du système endocrinien et à une régulation mesurée (régulation des émotions négatives).

Alors, prenez soin de vous!

 

Sources et crédits photos: Clés de biologie humaine PCEM de René Ferrera et Daniel Caro Editions Alpha-Pict/CNED, Physiologie Humaine Sherwood Editions de Boeck, Le livre complet de la thérapie shiatsu de Toru Namikoshi Editions Guy Tredaniel, les pathologies de la thyroïde du Dr Jean-Pierre Willem Editions Dauphin, tpe-leslarmes-weebly.com, startimes.com, docteurclic.fr, ekongkar.yoga, http://www.icnr.com/articles/fluoride-deposition.html, larousse.fr, naturalknowledge247.com, wikipedia.fr, sante-sur-le-net.com, medecinsansrendezvous.telequebec, cancerwall.com, slideplayer.fr, techniques-ingenieur.fr

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *