shiatsu et dépression


Dépression: en quoi le shiatsu peut être un outils d’accompagnement à la guérison?

La dépression est une maladie. C’est l’effondrement de la sécrétions de neurotransmetteurs dans le cerveau. Le déséquilibre engendrera d’importants troubles de l’humeur, un épuisement moral et physique réel. Ces symptômes peuvent pousser le malade à en terminer avec la vie. La dépression n’est donc pas à prendre à la légère.

Le shiatsu est un art du toucher japonais dont l’objectif est de rééquilibrer le corps dans son anatomie et dans la circulation de l’énergie.

En quoi le shiatsu peut-il aider une personne dépressive? En quoi la maladie de la dépression pourra-t-elle reculer plus rapidement en recevant régulièrement des shiatsus?

NB: le shiatsu ne se substitue pas à un accompagnement par un médecin. Il complète le traitement médical.

Qu’est-ce que la dépression?

La dépression est une maladie pas toujours simple à diagnostiquer.

Les signes et symptômes

Voici une liste non exhaustive des principaux signes et symptômes:

  • tristesse quasi permanente et parfois avec des pleurs
  • perte d’intérêt et de plaisir pour des activités habituellement agréables
  • sentiment de dévalorisation, de culpabilité
  • idées de mort ou de suicide récurrente
  • ralentissement psychomoteur
  • fatigue ou perte d’énergie
  • trouble de l’appétit
  • trouble du sommeil
  • difficulté de concentration et de mémorisation

La dépression est diagnostiquée sur la base de plusieurs symptômes. Selon leur nombre, elle sera considérée comme légère, modérée ou sévère.

Sa manifestation physiologique est le déséquilibre, voire l’effondrement de la sécrétion de certains neurotransmetteurs. L’activité du cerveau est altérée.

Les causes

Elles sont nombreuses et complexes, elles résultent des interactions entre plusieurs facteurs comme les facteurs environnementaux, sociaux et biologiques.

  • Les facteurs environnementaux et sociaux sont des facteurs liés à l’environnement social et familial de la personne. Des facteurs tels que la perte de l’emploi, le décès d’un proche, une séparation ou une maladie grave peuvent créer des situations de stress qui, à leur tour, peuvent contribuer au développement d’une dépression. Il est intéressant de noter que la dépression est plus fréquente dans les populations de bas niveau professionnel, chez les personnes sans emploi, les personnes divorcées ou séparées. Ces données montrent l’implication de l’environnement social et familial dans le développement de la maladie.
  • Les facteurs biologiques comprennent les influences génétiques. La dépression possède une forte composante génétique. En effet, les études familiales ont montré que les enfants d’un sujet dépressif avaient un risque trois fois supérieur à celui de la population générale de développer la pathologie. De plus, certaines personnes font une dépression sans motif apparent. Il existe donc une susceptibilité individuelle à la dépression.

D’autres facteurs biologiques mettent en cause un déficit ou un déséquilibre dans les systèmes de neurotransmetteurs (substances chimiques permettant aux cellules nerveuses de communiquer entre elles) dans le cerveau. Les techniques d’imagerie cérébrale ont permis de mettre en évidence chez les patients sévèrement déprimés, une diminution de volume de l’hippocampe (région du cerveau impliqué dans la cognition et les émotions). Cette diminution pourrait être liée à la mort neuronale provoquée par une augmentation de la sécrétion anormalement élevée de cortisol (l’hormone du stress) qui peut être à forte dose toxique pour les neurones. De plus l’augmentation anormale du cortisol peut entraîner une diminution de la fabrication du BDNF (Brain Derived Neurotrophic Factor), un facteur de survie pour les cellules nerveuses.

Et le shiatsu dans tout ça?

Le shiatsu agit sur plusieurs plans: chimique, mécanique et psychologique.

Chimique: la stimulation du système nerveux parasympathique (SNP)

Le SNP agit sur les organes en les ralentissant. C’est lui qui s’active lors de l’endormissement et du sommeil. A contrario, le SNP active le système digestif. C’est pour cela que lors d’un shiatsu, vous avez tendance à vous assoupir, à avoir froid et que votre ventre gargouille. Ce sont les signes que le shiatsu est en train d’agir. Le SNP est associé à un neurotransmetteur: l’acétylcholine. L’acéthylcholine favorise les échanges d’informations entre les neurones. On dit bien que le cerveau est extrêmement actif pendant le sommeil, c’est grâce à elle entre autres.

Mécanique: les sensations positives de bien-être

Ces sensations positives sont dues à la détente physique qui découle sur un apaisement moral. Du fait de l’activation du SNP, vous rentrez physiquement dans un zone de confort sensoriel. L’acéthylcholine va avoir une action chimique sur vos muscles striés et les détendre, en plus de l’action mécanique des pressions elles-même. La détente est totale.

Les pressions douces ou plus profondes vont agir mécaniquement sur:

  • votre peau (stimulation tactile des récepteurs sensoriels périphériques),
  • la micro-circulation (stimulation par effet de pompage des systèmes circulatoires sanguins et lymphatiques),
  • vos muscles (stimulation de l’élasticité des fibres par mobilisation des tissus).

Pour plus de détails, lire “l’efficacité du shiatsu – le shiatsu, pourquoi ça marche?”.

Psychologique: la prise de conscience que l’on peut ressentir quelque chose de positif

Lors d’une dépression, on ne trouve de plaisir dans rien. Après une séance de shiatsu, on a lu au-dessus que chimiquement et mécaniquement des actions/réactions allant dans le sens de la détente se mettent en place. Grâce au shiatsu, pendant une heure, on a ressenti une sensation de bien-être profond. C’est un pas vers la positivité recherchée pour guérir de la maladie. Et ce ne sont pas des médicaments qui vous auront assistés lors de votre séance. C’est votre corps. Petit à petit, vous prenez conscience que vous pouvez ressentir du bien-être par vous même.

 

Conclusion

Par son effet sur le système parasympathique et l’activation des récepteurs sensoriels de la peau, le shiatsu contribue à un rééquilibrage des sécrétions des neurotransmetteurs du plaisir et de la détente. La personne dépressive ressentira un réel bien-être, ancré. Les médicaments vont aider le cerveau in situ, le shiatsu va confirmer le nouvel équilibre à distance et aider le cerveau à se recodifier par feedback de l’information de plaisir.

Le shiatsu est donc une aide précieuse dans l’accompagnement de la dépression. Un suivi assidu doit être engagé pour le succès de la voie vers la guérison. La fréquence des séances dépendra de chacun, de ses besoins, de la manière dont le corps reçoit le shiatsu. Nous sommes tous uniques.

Encore une fois, mais on ne le répète jamais assez, le shiatsu ne peut être considéré comme seul traitement contre la dépression. Une prise en charge par un médecin, de préférence psychiatre, est recommandée pour une guérison totale.

Prenez soin de vous!

Sources et crédits photos: inourhands.com, www.info-dépression.com,www.depression.fr, www.frcneurodon.org, www.vulgaris-medical.com, www.vocabulaire-medical.fr, www.centredeladepression.org, bloggophys.wordpress.com, www.wamiz.com

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *