système parasympathique et shiatsu


Le système parasympathique est une des branches du système nerveux autonome avec lequel communique le shiatsu.

Je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprise dans différents articles. Mais je constate que beaucoup d’entre vous me demandent encore de quoi il en retourne, pourquoi est-ce qu’ils ont froid pendant la séance, pourquoi le ventre gargouille, etc.

Le système parasympathique – rappel

Le système parasympathique est une des deux branches du système nerveux autonome. Alors que le système orthosympathique s’occupe principalement de mettre le corps en activité, le parasympathique, lui, apaise, rééquilibre.

Le shiatsu stimule le système parasympathique et apaise l’orthosympathique.

Le système parasympathique a pour mission d’économiser l’énergie et de maintenir les activités de base.

Ses principaux effets sont les suivants, en règle générale opposés à ceux du sympathique :

  • Cœur : diminution de la fréquence cardiaque et de la force de contraction des oreillettes ;  vasodilatation dans certains territoires.
  • Poumons : constriction bronchique et sécrétion de mucus.
  • Tube digestif : augmentation de la motricité ; relaxation des sphincters ; stimulation des sécrétions digestives.
  • Vessie : contraction.
  • Pupille : myosis (contraction pupillaire).
  • Organes génitaux : érection.
  • Glandes : sécrétion des glandes salivaires et sudoripares ; pancréas exocrine : stimulation de la sécrétion ; pancréas endocrine : stimulation de la sécrétion d’insuline et inhibition de celle du glucagon.

le malaise vagal

Un des grands nerf du système parasympathique est le nerf vague. Vous savez, le fameux malaise vagal. C’est quand le nerf vague s’excite de trop. Lorsque vous êtes très stressés, vous pouvez être en statut “hypersympathique” (quand l’orthosympatique s’emballe de trop). La Nature préférant toujours l’équilibre, le parasympathique va essayer de s’activer parfois intensément. Alors votre système nerveux autonome va en appeler violemment au parasympathique qui va mettre en branle son nerf le plus guerrier: le nerf vague. Une stimulation soudaine du nerf vague cause un malaise vagal. Plus de détails sur le malaise vagal, c’est ici.

Vous remarquez d’ailleurs grâce au schéma que la racine du nerf vague se trouve au niveau des cervicales. C’est pour cela que recevoir des pressions shiatsu dans cette zone a un effet extrêmement relaxant.

Le shiatsu et le système parasympathique

Le shiatsu communique donc avec le système parasympathique en stimulant ses nerfs. Comme vous l’avez lu, ce système comportent différents nerfs périphériques autour de la colonne vertébrale. En appliquant les pressions shiatsu autour des vertèbres, on appuie certes sur les muscles paravertébraux mais aussi sur les racines de ces nerfs. Un dialogue s’installe entre la main du spécialiste en shiatsu et votre système nerveux autonome.

Autant le système orthosympathique s’apaise. Le parasympathique se met alors en branle et entre en action. Concrètement, avec d’autres mots que ci-dessus, voici ce qu’il se passe principalement:

  • votre rythme cardiaque diminue, vous respirez plus lentement, vous commencez à vous détendre.
  • le péristaltisme est relancé. c’est-à-dire que votre système digestif s’actionne. C’est pour cela que votre ventre gargouille. (et c’est donc pour cela que vous me voyez exprimer de la satisfaction quand votre ventre parle: le système parasympathique s’actionne, le shiatsu fonctionne.)
  • vous pouvez avoir envie de faire pipi. Non seulement le parasympathique invite la vessie à se contracter, mais en plus il stimule l’élimination des toxines. (N’hésitez jamais à me dire que vous avez besoin d’aller aux toilettes pendant la séance.)
  • la température de votre corps s’abaisse légèrement. Donc vous avez froid. Là, je dois vous expliquer un peu mieux. Le parasympathique va s’activer. C’est lui le maître du mode “économie d’énergie” du corps. Par exemple, pour s’endormir, notre corps abaisse sa température de quelques dixièmes de degrés. C’est une stratégie pour économiser de l’énergie. C’est pour cela d’ailleurs qu’on a besoin de se glisser sous une couette ou une couverture la nuit. Ce n’est pas seulement le manque de mouvement qui nous refroidit. C’est bien notre parasympathique. (et c’est donc pour cela que j’ai toujours ma belle couverture en polaire bleue toute douce à votre disposition)

Le shiatsu va donc naturellement amener votre corps dans un état physiologique de relaxation profonde, proche d’un état de sommeil. Vous allez vous retrouver dans cette parenthèse temporelle délicieuse juste au moment de l’endormissement.

D’ailleurs c’est pour cela que vous avez souvent la même tête qu’au réveil après un shiatsu. Les traits sont détendus, le corps relâché, comme après une bonne nuit de sommeil. Et vous ressentez cette irrépressible envie de vous étirer…

Conclusion

Le shiatsu équilibre l’activité du système nerveux autonome en remontant l’activité du système nerveux parasympathique et en abaissant celle de l’orthosympathique.

Lorsque vous être stressé, c’est le système orthosympathique qui prend le dessus (accélération du rythme cardiaque, douleurs, système digestif parfois bloqué, etc.). Le fait de remonter l’activité du parasympathique va rétablir l’équilibre. Les désagréments d’un orthosympathique trop actif vont s’apaiser.

Alors, respirez, gonflez vos poumons et expirez. Vous actionnez aussi ainsi le parasympathique. Et venez prolongez la détente d’une respiration profonde au cabinet avec une séance de shiatsu. Relâchement physique et psychologique garanti!

Prenez soin de vous!

Sources et crédits photos: vocabulaire-medical.fr, soleil-sucre.overblog.com

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *