Homéostasie, ça veut dire quoi?


Homéostasie. Dès qu’on parle de médecine complémentaire, douce, d’accompagnement à la santé, etc, Bref, dès qu’on parle d’autre chose que de la médecine classique, on nous parle d’homéostasie. On nous répond que l’homéostasie c’est le maintien du corps en bonne santé. On dit aussi aussi que le shiatsu stimule l’homéostasie. Donc, on en déduit que le shiatsu stimule le fait de rester en bonne santé.

Oui mais concrètement, comment ça marche?

Homéostasie: définition

En langage médical, on dit que l’homéostasie est le maintien d’un état stable dynamique du milieu intérieur. Le dictionnaire Larousse nous dit : Caractéristique d’un écosystème qui résiste aux changements (perturbations) et conserve un état d’équilibre.
On comprendra mieux en disant: l’homéostasie est l’ensemble des processus corporels nous permettant de vivre et d’être en bonne santé.

Tout cela se joue au niveau cellulaire, remonte au niveau des tissus, de l’organe et tout l’organisme.

L’organisme va, au sein de chaque cellule, trouver un équilibre dans son milieu extra-cellulaire et intra-cellulaire.

Promis, on ne va pas rentrer dans les détails de la biochimie, autrement je vais vous perdre en cours de route…

Les processus cellulaires principaux seront:

  • production ou détérioration (anabolisme ou catabolisme en biochimie) de protéines, lipides ou glucides
  • équilibre des ions principalement Calcium (Ca2+), Potassium (K+), Sodium (Na2+) et Chlore (Cl-) en milieu extra et intra cellulaire.
  • sécrétion de neurotransmetteur, d’influx électrique ou d’hormones.

Je vous liste ci-dessous quelques exemples au niveau des organes et de l’organisme qui entrent en jeu dans l’homéostasie.

 

Le maintien de la température corporelle

La température corporelle moyenne se situe autour de 37 degrés Celsus.

Si la température est trop basse (inférieure à 33 degrés), nous sommes en hypothermie. Le rythme cardiaque s’abaisse nettement, la respiration se fait de moins en moins ample, le corps se met en “économie d’énergie”. Mais gare à la chute! L’arrêt cardiaque est proche…

Si la température est trop élevée (supérieure à 38,5 degrés), on a de la fièvre. Le rythme cardiaque est plus élevé, la respiration plus rapide, on transpire, etc. Une hyperthermie trop élevée peut amener à la convulsion cérébrale et à la mort. Le cerveau “grille” au dessus de 42 degrés. C’est-à-dire qu’au-dessus de 42 degrés, il y aura très probablement des lésions cérébrales irréversibles.

NB: la fièvre est un processus de défense du corps visant à stimuler le système immunitaire pour qu’il lutte plus activement contre les éléments pathogènes ayant envahi le milieu. Mais parfois le corps s’emballe de trop, on a besoin alors de réguler cette hyperthermie. En dessous de 38,5, il est conseillé de laisser le corps faire son travail.

Et sans partir dans les extrêmes, le processus de transpiration, en plus d’éliminer des toxines, permet au corps de maintenir une température acceptable pendant un effort ou une grosse chaleur. Les petits gouttelettes d’eau libérées à la surface de notre peau vont s’évaporer et ainsi nous rafraîchir.

Le rythme cardiaque

Le coeur pompe le sang pour l’envoyer dans tout notre corps afin d’apporter les nutriments nécessaires au bon fonctionnement de nos organes et se charge des déchets qu’il va faire filtrer par les reins. Jusque là, tout va bien.

Et vous vous dîtes consciemment à chaque seconde “remplissage des oreillettes, oreillettes remplies, fermeture des valves, passage dans les ventricules, ventricules pleins, expulsion du sang via l’aorte et l’artère pulmonaire”? Et non bien entendu! C’est le système nerveux autonome qui s’en charge.

L’activité cardiaque entre complètement dans l’homéostasie.

La respiration

L’oxygène est un élément vital. Sans lui, on meurt. Est-ce que vous vous dîtes toutes les trois secondes “je dois gonfler mes poumons, j’agis sur le diaphragme et les muscles intercostaux. l’échange gazeux est en cours au niveau de mes alvéoles pulmonaires. Echange terminé. Je dégonfle mes poumons, je contracte les intercostaux et le diaphragme, j’expulse le CO2”? Absolument pas. C’est le système nerveux autonome qui s’en charge. Encore lui!

La soif et la faim

Et oui, ses deux sensations instinctives font partie du processus de l’homéostasie.

Vous le savez bien, la soif manifeste que votre corps a besoin d’absorber des liquides. On parle d’eau ici, n’est-ce pas?…

Chez les personnes âgées, la sensation de soif ne se fait plus nécessairement sentir. C’est pourquoi, arriver à un certain âge, il faut prendre l’habitude de boire régulièrement un verre d’eau (faire sonner un réveil toutes les deux heures par exemple).

La faim est assurément la manifestation que le corps a besoin d’énergie. On doit recharger les batteries. Mais intelligemment. Et si on pensait à la chrono-nutrition?

 

Le système nerveux autonome, roi de l’homéostasie?

Oui, en quelques sortes. On remarque que c’est le système nerveux autonome qui intervient à tous les niveaux: rythme cardiaque, respiration, compensation, etc. Et on se souvient que le système nerveux parasympathique est une branche du système nerveux autonome. On se souvient qu’une des grandes actions du shiatsu est l’élévation du parasympathique pour apaiser l’orthosympatique. Bref, le shiatsu aide à réguler le système nerveux autonome.

Un équilibre entre absorption et élimination

Le besoin d’absorption se régule dans une première phase avec la soif et la faim. Ensuite, une fois que le bol alimentaire arrive dans notre organisme, c’est la digestion qui prend le relai. Les intestins y ont un rôle primordial. Ils feront passer les éléments nutritifs dans le sang, en enverront d’autres en stockage dans le foie, les muscles ou le tissu adipeux et élimineront le reste par les selles et les urines. Le bon fonctionnement du système digestif fait partie des processus homéostatiques.

La compensation – procédé de régulation et de maintien de l’homéostasie

La compensation est le processus qui permet de rétablir une situation d’équilibre. C’est un des maitres mot de l’homéostasie.

Par exemple, la glycémie (taux de sucre dans le sang) est trop basse. La digestion étant terminée, le corps risque de manquer d’énergie pour continuer à fonctionner normalement. La sensation de faim se fait sentir. Il est temps d’agir avant de ressentir une grande faiblesse et d’avoir des vertiges. Votre foie va puiser dans son stock de glycogène pour le transformer en glucose et l’envoyer dans le sang. Les muscles aussi vont libérer leur stock de glucose. Cela vous laissera le temps d’aller préparer votre déjeuner ou vous rendre à la cafétéria avant d’avoir la tête qui tourne.

Conclusion

L’homéostasie est un ensemble de processus de maintien de l’équilibre sain de notre corps. Elle intervient à tous les niveaux: de la cellule jusqu’à l’organe. On en a vu quelques exemples ci-dessus.

Le shiatsu stimule les fonctions des organes (ou l’apaise en fonction des besoins) en rééquilibrant le système nerveux autonome. Le shiatsu permet donc de stimuler l’homéostasie.

Et donc, le Shiatsu nous aide à rester en bonne/meilleure santé. CQFD 😉

Prenez soin de vous!

Sources et crédits photos: Clés de biologie humaine PCEM de René Ferrera et Daniel Caro Editions Alpha-Pict/CNED, Physiologie Humaine Sherwood Editions de Boeck, Le livre complet de la thérapie shiatsu de Toru Namikoshi Editions Guy Tredaniel, dictionnaire Larousse, infirmiers.com, formationambulancier.com, epilium-paris.com, lesdefinitions.fr

 

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *