utilisation des huiles essentielles


On entend parler partout aujourd’hui d’huiles essentielles: cosmétiques, alimentation, santé.

Elles semblent très efficaces mais on ne sait pas toujours comment les utiliser. Dans un magazine, on lit “utiliser de l’eucalyptus pour vos voix respiratoires”. Oui, très bien, mais quel eucalyptus et surtout, on l’utilise comment l’huile essentielle d’eucalyptus?

Dans ce court article, je vais vous expliquer les modes d’utilisations de ces fameuses substances à priori aux vertus merveilleuses.

Attention: utiliser les huiles essentielles pour la bobologie du quotidien, c’est très bien. Mais pour des pathologies lourdes, votre médecin sera votre meilleur conseiller.

Et attention encore, on ne peut pas nécessairement mélanger un traitement allopathique (traitement classiquement délivré par votre médecin) et les huiles essentielles. Demandez toujours conseil à votre pharmacien.

D’abord, c’est quoi une huile essentielle?

Les huiles essentielles (HE) sont constituées des composés olfactifs volatiles (COV) des plantes. Il y a les huiles essentielles à base de plantes (pétales, écorse, feuilles) et les essences à base de zest de fruits (agrumes). Donc, dans l’absolu, on ne parle pas d’huile essentielle d’orange mais d’essence d’orange. Mais ce sont les même molécules actives: les COV..

Plus d’infos sur la fabrication des huiles essentielles et leurs différences avec les huiles végétales, c’est ici.

 

Les 5 manières d’utiliser correctement les HE

les inhalations

Pour inhaler une huile essentielle, on a deux solutions:

  • soit on hume son parfum en apposant le flacon (ouvert svp) devant le nez et on inspire plusieurs fois à plein poumon. On préfèrera fermer les yeux car les COV peuvent irriter nos yeux.
  • ou bien, après avoir porté de l’eau à ébullition dans une casserole, on fera tomber deux à trois gouttes d’HE et on se mettra au-dessus pour respirer les vapeurs. Toujours les yeux fermés.

en massage

C’est la voie royale d’utilisation des HE et la plus usitée.

On peut soit les utiliser pure sur des petites zones (la trompe d’Eustache, la gorge, un bouton, etc.).

On préfèrera souvent les diluer. Pourquoi? Tout simplement parce qu’une HE est volatile. Emprisonner les COV dans une huile végétale pour que le mélange pénètre dans la peau sera efficace. Ce n’est pas parce qu’on dilue une HE qu’elle perd de son efficacité. Au contraire. Surtout pour les zones plus étendues, par exemple pour les contractions musculaires, les douleurs articulaires ou les massage sur la cage thoracique.

à ingérer sur un comprimé neutre

Beurk! Je vous le dis tout de suite, c’est franchement pas bon. Mais bougrement efficace! On placera une voire deux gouttes de l’HE choisie sur un comprimé de cellulose et hop dans la bouche. On se procure ces comprimés en pharmacie ou en magasins bio.

Si on n’a pas de comprimé neutre sous la main, on pourra toujours faire tomber la goutte d’HE sur une petite cuiller de miel (surtout pour les maux de gorge). Mais le miel n’absorbera pas toute l’HE et le goût en bouche peut toujours être violent.

(je semble vous décourager à utiliser les HE en ingestion, mais c’est vraiment pour “les cas de force majeures”)

en perfusion aromatique

On se calme tout de suite! On ne va pas se piquer le bras pour s’injecter des HE dans les veines. La perfusion aromatique est le fait de faire tomber une à deux gouttes de HE sur un poignet et de frotter l’autre par dessus. La peau des poignets est très fines et les capillaires sanguins très proches de la surface cutanée. Ainsi, les HE pénètrent plus rapidement.

en diffusion

C’est un mode d’utilisation très répandu. Ici, on ne cherche pas toujours un aspect santé (même si on adore le pin sylvestre ou le thym pour purifier l’air et le basilic et le citron pour la concentration).

On en distingue deux principales: les diffusions hypersoniques et les diffusions sèches.

diffusion ultrasonique, hypersonique, supersonique…

Ca fait classe comme expressions, mais c’est tout simplement le fait des mélanger les HE avec de la vapeurs d’eau. Soit, on investit dans un appareil qui le fait pour nous, soit on peut soi même faire bouillir de l’eau et faire tomber quelques gouttes d’HE dans la casserole. Comme pour l’inhalation, sauf que là, on laisse la casserole dans la pièce, on ne se met pas au-dessus. Personnellement, c’est ce que je fais dans la chambre de mes enfants en hiver. Ca humidifie légèrement la pièce (ça compense le chauffage qui assèche l’air) en plus de diffuser une bonne odeur. Attention au réveil des petits! Ils pourraient être fort intéressés à mettre les doigts dedans, voire à renverser la casserole… On mettra donc le récipient à un endroit peu accessible.


diffusion sèche

C’est la diffusion qu’on préfèrera si l’on veut un aspect en plus thérapeutique. On trouve des diffuseurs partout (pharmacie, magasin bio). Ce sont des supports sur lesquels on verse quelques gouttes d’HE. L’appareil va chauffer (pas à plus de 45° pour ne pas dénaturer l’HE). Les huiles sont ainsi diffusées dans la pièce. Souvent, les appareils ont des programmateurs pour ne pas diffuser trop longtemps. On conseillera 10 minutes par heure.

On notera qu’il y a plein de diffuseurs différents sur le marché: brumisateurs, nébulisateurs, ventilateurs, chaleur douce, etc. Que de marketing. Restons simples et essentiels (sans jeu de mots je vous prie).

Conclusion

Maintenant, vous savez comment utiliser les huiles essentielles.

Attention car toutes les huiles ne peuvent être utiliser de toutes les manières. Par exemple, on ne diffuse pas de la gaulthérie, on ne l’utilise qu’en massage. En revanche, la cannelle de Ceylan, elle, ne s’utilise qu’en ingestion; on ne l’utilise pas pour des massages ou pour diffuser l’odeur dans une pièce. Renseignez-vous donc bien pour utiliser les huiles essentielles à bon escient!

Cliquez sur le lien aromathérapie des familles pour vous avoir des conseils pour la bobologie du quotidien.

Rappel: avant d’utiliser une huile essentielle, on testera la tolérance au produit en faisant tomber une goutte dans le pli du coude. Si la peau ne réagit pas, à priori, c’est bon.

D’autre part, on demande l’avis de son médecin si l’on souhaite utiliser une huile essentielle alors que l’on est sous un traitement médicamenteux, quel qu’il soit.

Mise en garde: les huiles essentielles peuvent être toxiques si on les utilise mal (bébés, enfants, problèmes hépatiques, neurotoxicité, etc.). On demandera toujours conseil à un professionnel de santé (de préférence le pharmacien et non le vendeur en magasin bio – sauf s’il/elle est naturopathe ou aromathérapeute / peu probable quand même…).

N’utilisez pas d’huiles essentielles sur vos enfants (surtout avant trois ans) sans le conseil d’un professionnel de santé!

Et n’oubliez pas, prenez soin de vous!

Crédits photos: chantalroy.ca, diffuseurs-dessentielles.com, astucesdegrandmere.net

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *